SAHARIENNES

Image de l'artiste ou du groupe

Pressbook

Shows

 

SAHARIENNES célèbre les héritages communs des femmes de Mauritanie, Algérie, Sahara Occidental et Maroc.

Cette création unique rassemblera pour la première fois quatre femmes de différents pays du Sahara, qui de plus est, avec une sahraoui et une marocaine sur un même plateau.

Toutes ces chanteuses et musicien(nes) sont de renommées internationales et ont un point commun le SAHARA.

Sahariennes célèbrera les héritages communs des femmes de Mauritanie, Algérie, Sahara Occidental et Maroc.

Au delà des conflits qui définissent trop souvent les relations de leur pays respectifs, ces Sahariennes partagent leurs traditions cousines et une volonté commune d’imposer leur parole d’artiste. Traditions profanes ou sacrées, héritages berbères, touaregs, ou gnawa - les musiques des quatre cotés de cette frontière de sable appartiennent à une grande famille. En mettant cet héritage en commun et en créant des formes nouvelles, ces femmes affichent un front commun qui fait fi adversités quotidiennes ou géopolitiques.

La première représentation aura lieu à L'opéra de Lyon le vendredi 19 juin 2020.

Une tournée s'organise avec des intérêts sur quelques scènes nationales ainsi que quelques festivals prestigieux, et également des grands lieux dans le monde ...

Ce projet élégant se distingue par la qualité et la singularité du plateau artistiques, toutes ces Femmes ont une histoire et une grande expérience artistique.

Dans un cadre pédagogique, il est également possible d'ajouter des ateliers aux élèves en coopération avec les scolaires et les institutions - les sujets peuvent varier et se concentrer sur la place des femmes musiciens dans les sociétés sahariennes et leur relation avec le sacré et le profane dans la vie quotidienne. Des ateliers peuvent être organisés avant les concerts programmés.

NOURA MINT SEYMALI, issue d’une famille de griots, est non seulement la chanteuse la plus populaire de Mauritanie, mais elle joue également de l’arsine - une variation de la kora. Noura a contribué à populariser et réinventer la musique maure. Noura a tournée dans les plus prestigieux lieux à l'international : Lincoln Center New York, Barbican Center London, Opéra de Lyon, Womad New Zealand, Kennedy Center, Sakurazaka Theater Naha Japon, Summerstage Central Park, Womex, Roskilde Danemark, Centrum Kultury Poznan Pologne, Lotus Music & Art Fondation India ...

SOUAD ASLA milite pour diffuser le patrimoine musical des femmes algériennes. Puisant dans le diwan, le malhoun, le zeffani ou le gnawi, elle a su inventer un langage personnel qui doit autant aux sons de son enfance d’Algérie qu’aux fusions découvertes à Paris, ou elle y vit depuis 20 ans. Directrice artistique de la formation Lemma, un projet qu’elle porte depuis plusieurs années, elle a réunie des musiciennes de Béchar dont les pratiques musicales étaient jusqu’à present confinés aux rites intimes réservés au femme. Elle a pu démontrer qu’il existait, dans une société traditionnellement patriarcale, un niveau de virtuosité féminine rarement mis en évidence.

MALIKA ZARRA est une artiste marocaine qui partage son temps entre l’Europe et les Etats-Unis. Elle s’oriente vers le Jazz et la mène à chanter dans son arabe maternel ainsi qu’à s’exprimer dans de multiples idiomes musicaux - de la soul, au gnawa ou au Chaabi. En 1996, elle s’installe à New York, une démarche qui lui vaudra de se produire sur les scènes du monde entier (Carnegie Hall, Apollo Theater, Montreal Jazz festival, The Kennedy Ctr, Teatro Colsubsidio, Bogota - et bien d’autres.)

DIGHYA MOH-SALEM, née à Dakhla, au Sahara occidental, Pendant la guerre au Sahara, elle se réfugie dans un camp à la frontière algérienne. Elle y entame sa carrière artistique avec Haya Shababna et le groupe sahraoui Shaheed El Wali. Venue chercher l’asile en France avec sa fille en 2018, elle fonde à L’atelier des artistes en exil le Dighya Moh-Salem band.

HASNA EL BECHARIA, originaire de Béchar, comme sa compatriote Souad Asla. Très tôt, Elle s’est affirmée au guembri, un instrument traditionnellement réservé aux hommes - et que son père, maitre gnawi, lui avait pourtant interdit de toucher. Hasna se distingue également d'une voix rauque et puissante qui ajoute une dimension théâtrale à son personnage déjà presque sulfureux. Elle est dorénavant une grande référente du Guembri.

Avec cette création, ces sahariennes nous promettent une aventure artistique nouvelle qui allie solidarité artistique et célébration festive.

Dans le cadre de la saison des cultures africaines en France : Africa 2020

=================

LINE-UP

- NOURA MINT SEYMALI (Chanteuse et musicienne soliste)
- SOUAD ASLA (Chanteuse et musicienne soliste)
- MALIKA ZARRA (Chanteuse et musicienne soliste)
- DIGHYA MOH SALEM (Chanteuse et musicienne soliste)
- Hasna El Becharia (Guembri)
- Jeiche Ould Chighaly (guitare, Tidinit)
- 
Mohammed Menni (Percu, Darbouka)
- Anne-Laure Bourget(percussionniste)

----

CRÉATION 2020 - projet labellisé AFRICA2020 (Co-Production Opéra de Lyon & Dérapage Prod)

DISPONIBLE SUR DEMANDE A PARTIR DE JUIN 2020

4 chanteuses musiciennes + 4 musicien(ne)s sur scène ( 11 personnes sur la route)